Comment enseigner à l'étranger ?

réflexion

Vous avez pour projet de partir enseigner à l’étranger mais vous ne savez pas par où commencer.? Alors cette page est faite pour vous. Partir enseigner à l’étranger demande beaucoup de préparation et d’organisation.

Tout d’abord, la première question est celle de votre statut : êtes-vous titulaire du ministère français de l’Education  nationale ?

Être professeur titulaire signifie être fonctionnaire du ministère français de l’Education nationale. Cela désigne principalement les enseignants qui ont obtenu le CAPES (Certificat d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement du Second degré), le concours de l’agrégation ou le CRPE (Concours de Recrutement des Professeurs des Ecoles) et qui ont été titularisés après une période de stage.

Ainsi, les professeurs contractuels (ex: enseignants dans un établissement privé sous contrat) ou les professeurs d’université ne sont pas assimilés à des titulaires.

Votre situation administrative influence grandement les procédures pour intégrer le secteur de l’enseignement français à l’étranger, notamment en fonction du statut de l’établissement que vous souhaitez rejoindre.  Le réseau de ces établissements est suivi et animé par l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE). 

Ainsi, il est nécessaire de bien connaître en amont le type d’établissement que vous souhaitez intégrer. Il existe trois statuts d’établissements au sein de l’AEFE :

  • Les établissements en gestion directe de l’AEFE constituent des services déconcentrés de l’Agence. Dans ce cas, les personnels titulaires sont détachés auprès de l’AEFE.
  • Les établissements conventionnés sont opérés par des acteurs privés (associations, fondations…) qui ont conclu une convention avec l’AEFE qui accompagne leur fonctionnement. Les personnels titulaires en activité sont détachés auprès de l’AEFE. Les autres titulaires en disponibilité et les contractuels sont sous la responsabilité de l’organe gestionnaire.
  • Les établissements partenaires relèvent du droit privé et sont libres  d’organiser leur politique de recrutement. Ils bénéficient d’un accès à un certain nombre de services de l’agence à travers leur partenariat. Les enseignants titulaires peuvent demander à leur ministère d’origine un détachement direct auprès de l’établissement scolaire. 

Des opportunités pour les profils non titulaires sont possibles dans chacun de ces types d’établissements mais ces postes seront limités à des contrats locaux. 

Je suis titulaire

Pour enseigner à l’étranger, il existe trois statuts différents : 

  • Expatrié 
  • Résident
  • Contrat local

Les expatriés

Chaque début d’année scolaire, le ministère de l’Education nationale émet une note de service présentant les postes à pourvoir sous statut d’expatrié pour la rentrée scolaire suivante. En plus du statut de titulaire, trois années d’expérience au minimum sont requises pour les personnels d’encadrement et deux années pour les enseignants. Les postes d’expatriés concernent principalement les chefs d’établissement et le personnel administratif, mais aussi dans une moindre mesure des enseignants du premier et du second degré. Ce sont des profils rares avec des missions très particulières. Afin d’obtenir le statut d’expatrié, il faut candidater auprès de l’AEFE. Ainsi, à partir du mois de septembre, les candidats doivent saisir leur dossier sur le site de l’Agence. 

Quels établissements ? 

Ce type de contrat concerne les établissements en gestion directe par l’AEFE et les établissements conventionnés du réseau.

Les résidents

Pour occuper ce statut il est nécessaire d’être titulaire, d’avoir au minimum trois ans d’expériences et de résider depuis au moins trois mois dans le pays visé*. Pour ces postes et en fonction du pays de destination, les enseignants postulent via le site de l’AEFE, directement auprès des établissements ou par l’intermédiaire des Services de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC). Des offres sont mises en ligne via le site de l’AEFE, des établissements, ou des plateformes comme Profs du monde. Les critères de recrutement sont ensuite propres à chaque pays.

*Cas particulier des trois mois de résidence dans le pays visé : il est fréquent pour les enseignants souhaitant obtenir des postes de résidents d’être toujours domiciliés sur le territoire français et de ne pas disposer des trois mois nécessaires à l’obtention du statut. La mobilité reste possible, mais l’enseignant sera recruté durant les trois premiers mois sous contrat local. Une fois les trois mois révolus, le statut de résident et les avantages qui y sont afférents seront directement appliqués.  

Quels établissements ?

Ce type de contrat concerne les établissements en gestion directe par l’AEFE et les établissements conventionnés du réseau.

Contrat local

Le statut de contrat local est ouvert à tous les profils, le recrutement est effectué directement par l’établissement. Les conditions contractuelles (rémunération, congés, modalités de travail, etc.) sont alors entièrement régies par l’établissement et dépendent du droit local. Seuls les personnels titulaires exerçant dans les établissements partenaires peuvent demander à leur ministère de rattachement un détachement direct. En cas de refus de détachement ou en cas d’exercice dans un établissement en gestion directe ou conventionné, il est nécessaire d’obtenir une mise en disponibilité. Pour ces postes, il est nécessaire de postuler directement auprès des établissements ou de rechercher des offres en ligne via leurs sites ou des plateformes comme Profs du monde

Quels établissements ?

Ce type de contrat concerne l’ensemble des établissements du réseau quel que soit leur statut (gestion directe, conventionné ou partenaire).

Détachement 

Le détachement a une durée en alignement avec la durée de votre contrat de travail et peut s’étendre jusqu’à trois ans avec un possible renouvellement. A la fin du détachement, le fonctionnaire réintègre un poste en France ou demande une mise en disponibilité. 

La demande d’un détachement doit être effectuée directement auprès du Ministère de l’Education Nationale. Si le poste est rattaché à un opérateur comme l’AEFE ou la MLF, ce dernier prend en charge la transmission. Dans le cadre d’un établissement partenaire, le dossier doit être transmis directement par l’enseignant. La date limite de demande de détachement est fixée au 31 mars de chaque année.

Un guide détaillé des conditions de détachement pour enseigner à l’étranger est disponible sur le site du Ministère de l’Education Nationale.

Mise en disponibilité

Une autre possibilité est de réaliser une demande de mise en disponibilité pour une durée déterminée. Cette période correspond à une interruption de carrière pour le fonctionnaire (plus d’avancement, non prise en compte des trimestres pour la pension civile, etc.). A la fin de la mise en disponibilité, le fonctionnaire doit demander sa réintégration ou réaliser une demande de détachement si le poste le permet.

Je ne suis pas titulaire ​

Pour enseigner à l’étranger il n’est pas obligatoire d’être titulaire au sein de l’Education nationale, mais vos possibilités d’embauche seront limitées aux contrats locaux. Les profils non-titulaires sont particulièrement recherchés dans les établissements partenaires du réseau. Les conditions contractuelles (rémunération, congés, modalités de travail, etc.) sont alors entièrement régies par l’établissement et dépendent du droit local. Pour ces postes, il est nécessaire de postuler directement auprès des établissements ou de rechercher des offres en ligne via leurs sites ou des plateformes comme Profs du monde

Vous pouvez mettre en avant des compétences qui vous permettront d’accéder à une place au sein d’un établissement français à l’étranger : connaissances sur le monde du professorat, capacité à animer une classe, excellence dans votre matière/domaine de compétences, bonnes bases pédagogiques, participation à des formations ou à de l’encadrement de jeunes, etc. Certaines formations proposent par ailleurs des modules spécifiques « enseigner à l’étranger » qui peuvent être valorisants.  Il n’y a pas réellement de profil idéal, à vous de trouver les meilleurs atouts de votre CV pour convaincre l’établissement ! 

Si vous avez exercé dans des pays où la politique de l’enseignement ressemble à la France (Belgique, Suisse, pays du Maghreb, Canada..) ou si vous êtes contractuel auprès du ministère français de l’Education nationale, vous avez toutes vos chances en postulant à des offres disponibles. 

Les enseignants ont la possibilité de postuler tout au long de l’année pour les postes en contrat local.

Conseils pour votre candidature

Vous avez pour projet de partir enseigner à l’étranger mais vous ne savez pas vraiment comment distinguer votre profil des autres candidatures ? Pour vous aider à préparer ce processus de recrutement nous vous donnons quelques conseils : 

  • Il est important d’avoir un projet clair et bien réfléchi. Le fait d’avoir des perspectives bien établies en fonction de votre situation et de vos différentes compétences vous permettra de montrer votre motivation plus facilement. Vos compétences à mettre en avant prioritairement sont l’ouverture internationale et l’excellence pédagogique. 
  • La maîtrise d’une langue étrangère valorisera nécessairement votre dossier (anglais et/ou langue du pays d’accueil). Si vous avez un diplôme qui atteste de votre niveau de langue notamment le TOEIC ou le TOEFL, ce sera un plus. En fonction de votre destination, il peut être requis de maîtriser la langue locale. 
  • Les établissements sont de véritables centres culturels qui sont animés principalement par les enseignants. Si vous pratiquez ou animez des activités périscolaires, cela rajoutera de la valeur à votre candidature. Par exemple, si vous avez animé des cours de théâtre, des activités manuelles ou des activités informatiques, n’hésitez pas à le valoriser dans votre curriculum vitae. Les établissements sont une véritable communauté où il ne faut pas hésiter à avoir une réelle implication.